AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 He came with the wind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nilmani
avatarMessages : 14
Date d'inscription : 16/06/2010

Feuille de personnage
Âge : 6543 ans
Ce que l'on sait de vous ...:
Allure physique :
MessageSujet: He came with the wind.   Jeu 17 Juin - 18:14

L'ennui...
L'ennui est une chose terrible lorsque le temps défile avec une lenteur exécrable. Et pour un être sans âge, l'ennui est un fléau pire encore que la peste. Voire même plus mortel.

L'un des gardes du château frissonna l'espace d'un instant, se disant que le fond de l'air était particulièrement frais en cette saison. Nilmani, lui, frissonna de dégoût et se dit qu'il lui faudrait se concentrer un peu plus pour éviter de frôler ainsi le premier quidam venu.

Le djinn n'avait pas visité Ygrath depuis un siècle ou deux, trop occupé à d'autres endroits du monde. Notamment à l'est du Ghealdan, où il s'était récemment amusé à faire revivre un ancien mythe concernant une chimère dévoreuse d'enfants... Une fois la panique créée il avait observé avec attention les humains courir en tous sens, certains cherchant une solution, d'autres fuyant tout simplement. Cette race d'êtres vivants possédait des réactions déconcertantes et parfois totalement opposées d'un individu à l'autre. Lorsqu'ils se retrouvaient face à l'adversité certains s'unissaient, se posaient en héro, alors que d'autres faisaient passer leur survie avant tout, parfois même avant celle de leur propre progéniture.
Puis était venu le temps de changer d'air, le spectacle devenant lassant. Ainsi, se laissant flotter au gré du vent, il avait atteint l'île des démons. Il n'y restait jamais longtemps : les démons méprisant les djinns au plus haut point, il lui était difficile d'entrer en contact avec qui que ce soit. De ce fait, après avoir joué quelques bons tours, il n'y avait pas grand intérêt à flâner en ces lieux. Mais en arrivant en ville, un nom revenait dans toutes les conversations : Xenaeve.
D'après ce qu'il avait pu en saisir il s'agissait de la fille du roi actuel. Elle semblait fasciner le peuple entier et des histoires de combats et de prétendants morts couraient à son sujet. Peut-être y avait-il là matière à se distraire ?


La grande tour du château fut bientôt en vue. Nilmani sentait déjà sa présence depuis plusieurs minutes. Il ressentait toujours les êtres qui attendaient désespérément quelque chose. Leur désir était si vif qu'il pouvait l'entendre comme un cri, un appel dans le plan astral. C'était ainsi qu'il trouvait de quoi se distraire. Et la princesse criait elle aussi silencieusement. Suffisamment pour retenir toute son attention. Entre ses rêves et tout l'émoi qu'elle semblait susciter autour d'elle, le djinn avait décidé que cette jeune démone valait bien un petit détour, ne serait-ce que par curiosité.
Sous la forme d'un souffle légèrement brumeux, il rejoignit donc le pied de la tour. Il n'eut qu'à longer la façade pour en atteindre la plus haute fenêtre.
Elle était là, couchée sur son lit, visiblement absorbée dans la lecture d'un ouvrage. D'une beauté sans faille, elle devait certainement faire tourner plus d'une tête. Ce qu'elle dégageait était effectivement troublant et il y avait fort à parier que cette impression était ce qui provoquait tant de troubles dans son sillage. Nilmani lui-même aurait été totalement envoûté s'il n'avait pas été autant dénué d'émotions. A la place il se contenta d'apprécier ce spectacle quelque instants, flottant dans l'encadrement de la fenêtre restée ouverte.

Après un petit moment, il entra dans la pièce et se transforma. Il choisit l'apparence d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, vêtu modestement, aux yeux bleus rieurs et aux cheveux d'un blanc de neige. Il fit un pas vers le lit et se pencha en avant, Xenaeve ne l'ayant toujours pas remarqué.

"Que lis-tu donc de si passionnant ?"

Le djinn n'employait jamais le vouvoiement ou les formules de politesse si indispensables à la vie en société : quelle utilité quand le peuple dont vous faite partie ne possède aucune structure sociale propre ?

La princesse tourna enfin son visage vers lui et il pu contempler ce regard émeraude absolument magnifique. Il y lu la surprise et la contrariété, et le corps de la jeune femme accompagna ces émotions par un sursaut si violent qu'il faillit la faire tomber de son lit.
Nilmani se contenta de lui sourire, immobile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xenaeve
avatarMessages : 353
Date d'inscription : 03/06/2010

Feuille de personnage
Âge : 23 ans.
Ce que l'on sait de vous ...:
Allure physique :
MessageSujet: Re: He came with the wind.   Mer 30 Juin - 10:51

    Assise sur son lit, le regard plongé dans le dernier livre de contes que son ami lui avait clandestinement remis, Xenaeve savourait le temps qui semblait s’être arrêté. Elle était là depuis deux heures. Son esprit était complètement dirigé vers les mots inscrits sur le papier dans une belle écriture cursive. Elle gardait toute fois l’oreille bien ouverte, au cas où des pas viendraient du couloir. Elle serait alors prête à cacher le manuscrit sous ses draps. Si sa mère savait … On lui avait formellement interdit ce genre de lecture le jour où on avait compris que sa personnalité douce était due à ces contes. On ne lui mettait alors entre les mains que des livres aux écritures barbares et sans joie. Elle les lisait, pour pouvoir répondre si on l’interrogeait, mais elle était profondément dégoûtée par tout ce qui était produit par la culture grossière de ses semblables. D’ailleurs, le livre qui trônait sur sa table de chevet était titré « Tourments ». Elle en avait lu le premier chapitre hier. C’était un livre sur l’histoire de la torture chez les siens. Elle en avait eu des hauts le cœur tant les dessins et les descriptions étaient crus.

    « ... Sur le navire tout fut plaisir et réjouissance jusque bien avant dans la nuit. Elle dansait et riait mais la pensée de la mort était dans son cœur. Le prince embrassait son exquise épouse qui caressait les cheveux noirs de son époux, puis la tenant à son bras il l'amena se reposer sous la tente splendide.
    Alors, tout fut silence et calme sur le navire. Seul veillait l'homme à la barre. La petite sirène appuya ses bras sur le bastingage et chercha à l'orient la première lueur rose de l'aurore, le premier rayon du soleil qui allait la tuer...
    »

    "Que lis-tu donc de si passionnant ?"

    Elle porta la main à son cœur, effrayée, puis rattrapa prestement son livre qui lui avait glissé des mains. Elle le pressa contre elle, comme pour le protéger, puis tourna le regard vers la provenance de la voix. Elle ne connaissait pas cet homme. Si elle l’avait déjà vu, elle l’aurait reconnu. Elle reconnaissait toujours les visages. Ce jeune homme était trop délicat pour être un démon. Et son père n’employait jamais de « sous-êtres » au château. Elle détestait ce terme. Elle détestait le snobisme déplacé des démons. Elle préférait, et de loin, la compagnie de ces « sous-êtres », comme il les appelait. Moins barbares, plus cultivés. Elle cligna des paupières.

    -Comment êtes-vous entré ici ?

    Elle avait elle aussi laissé tombé la notion de politesse. Cela viendrait peut-être plus tard. Elle coula un regard en direction de la porte, qui était toujours fermée. Puis vers la fenêtre, ouverte sur les bruits de la ville. Elle était dans la plus haute pièce de ce château. N’importe qui ne pouvait pas y monter. Beaucoup de prétendants étaient morts en essayant de grimper jusqu’à sa fenêtre. Cette face du château était d’ailleurs très surveillée depuis l’intrusion d’un jeune Ala pendant son absence. Elle fixa à nouveau son regard sur le jeune homme. Il n’avait pas l’air d’en avoir après elle. Mais on lui avait appris à se méfier des hommes, chose que sa naïveté lui permettait rarement. Mais quand on pénétrait sa chambre, elle se gardait le droit d’être méfiante. C’était, semblait-il, tout à fait légitime.

    -Vous savez que c’est inconvenant, de pénétrer dans les appartements d’une jeune dame respectable sans y avoir été invité au préalable ?

    Elle fronçait les sourcils, ce qui devait lui donner un petit air agacé. Elle se leva, son livre toujours pressé contre la poitrine, et se dirigea vers sa commode avec l’intention de le ranger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1000years.purforum.com
 

He came with the wind.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Same old melody :: •|Archipelle Démoniaque d'Ygrath| :: Palais royal du roi d'Ygrath-